Articles

Nouvelles mesures sanitaires pour le Musée

À partir du 9 août 2021, le Pass sanitaire est obligatoire pour  accéder au Musée. Un Pass sanitaire valide c’est quoi? 

  1. Le certificat de vaccination attestant d’un schéma vaccinal complet 
  2. Le certificat de test négatif de moins de 72 heures (Contre 48 heures auparavant)
  3. Le certificat de test positif datant d’au moins 11 jours et de moins de 6 mois.

Chacun de ces certificats est encodé et signé sous forme de QR Code.

Nous continuons à appliquer les gestes barrières en vigueur et sommes tenus de respecter les consignes des services de l’état au niveau national et départemental.

Exposition exceptionnelle des faiences de Moncaut et de Laplume à l’Abbaye de Belleperche

Du 1er juin au 30 septembre 2021, venez admirer les magnifiques faiences de Moncaut et de Laplume (deux centres faïenciers près d’Agen), à l’Abbaye de Belleperche (82 – près de Castelsarrasin).
Francis Sohier des Amis du Vieil Auvillar est commissaire de l’exposition (avec Jean Darrouy, notre expert consultant du musée d’Auvillar).
3 faïenciers auvillarais sont partis s’installer à Laplume vers 1840 et les années suivantes.

Découverte d’un tesson important

Notre musée était depuis longtemps à la recherche d’un bénitier de chevet auvillarais. En effet, la plupart des bénitiers connus sont de Martres-Tolosane. Fin 2019, enfin, la découverte d’un tesson de bénitier de chevet, avec le Christ sur la croix nous permettait de lancer la recherche de cet objet complet, en faïence blanche et peint. ce fut chose faite quelques jours plus tard, sur un site de vente aux enchères célèbre, et le musée possède dorénavant son premier bénitier formellement attribué à Auvillar.
Nous avions déjà trouvé plusieurs tessons de bénitiers, dont un presque complet, qui nous avait donné la forme globale.
Sa hauteur est de 21 cm, le décor est peint en bleu.

Le Musée à l’heure de sa comtoise !

Un mécanisme d’horloge de parquet (comtoise) de l’horloger Dupuy d’Auvillard, début XIXe siècle, a fait son apparition au Musée du Vieil Auvillar (acheté chez un brocanteur puis donné au musée). Il a été restauré par Jean-Michel et installé dans une gaine en bois également d’Auvillar donnée par le couple Schneider.
On trouvait le nom de notre cité avec un “d” à la fin de 1750 à 1820 environ, sur certains documents (actes notariés par exemple) et d’autres documents officiels, mais pas dans les registres paroissiaux. Les deux orthographes circulaient donc en même temps, Auvillar et Auvillard. Mais notre horloger Dupuy avait choisi Auvillard.