Coronavirus : le musée est fermé jusqu’à nouvel ordre.

Malheureusement, l’épidémie en cours a obligé les autorités d’interdire l’ouverture entre autres des musées et sommes donc contraints de respecter cette consigne pour nous débarrasser de ce virus. Le musée est donc fermé jusqu’à nouvel ordre, ainsi que les visites commentées.
Dès que cette crise sera passée, nous vous espérons nombreux à venir découvrir nos magnifiques faïences, sans oublier nos objets anciens.

Découverte d’un tesson important

Notre musée était depuis longtemps à la recherche d’un bénitier de chevet auvillarais. En effet, la plupart des bénitiers connus sont de Martres-Tolosane. Fin 2019, enfin, la découverte d’un tesson de bénitier de chevet, avec le Christ sur la croix nous permettait de lancer la recherche de cet objet complet, en faïence blanche et peint. ce fut chose faite quelques jours plus tard, sur un site de vente aux enchères célèbre, et le musée possède dorénavant son premier bénitier formellement attribué à Auvillar.
Nous avions déjà trouvé plusieurs tessons de bénitiers, dont un presque complet, qui nous avait donné la forme globale.
Sa hauteur est de 21 cm, le décor est peint en bleu.

Le Musée à l’heure de sa comtoise !

Un mécanisme d’horloge de parquet (comtoise) de l’horloger Dupuy d’Auvillard, début XIXe siècle, a fait son apparition au Musée du Vieil Auvillar (acheté chez un brocanteur puis donné au musée). Il a été restauré par Jean-Michel et installé dans une gaine en bois également d’Auvillar donnée par le couple Schneider.
On trouvait le nom de notre cité avec un “d” à la fin de 1750 à 1820 environ, sur certains documents (actes notariés par exemple) et d’autres documents officiels, mais pas dans les registres paroissiaux. Les deux orthographes circulaient donc en même temps, Auvillar et Auvillard. Mais notre horloger Dupuy avait choisi Auvillard.